C’est fou le nombre de coïncidences dans une vie. Au moment où je rédige cette chronique, je viens de faire le lien entre la date du mariage de mes parents et celle de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Je ne fait pas ce rapprochement avec l’idée de me rendre intéressante d’une quelconque manière que ce soit. Ce serait ridicule d’ailleurs puisque je suis née en mai 1989.

J’ai été frappée par la coïncidence entre cette date et mon histoire familiale car cela montre à quel point ce 26 avril 1986 était un jour tout à fait banal. Il l’était en France, mais il l’était également en Ukraine, dans la ville de Prypiat. Et pourtant, en quelques minutes, le monde allait changer pour toujours.

L’impact de la catastrophe de 1986 est toujours visible dans la nature. Faune et flore y ont payé un lourd tribut. A l’heure où la guerre est aux pieds de la centrale de Tchernobyl, nous ne devons jamais oublier que si le nucléaire est une énergie propre, il peut également causer notre propre destruction et celle des autres espèces qui vivent avec nous sur cette terre.

Résumé de la bande dessinée

Derrière chaque catastrophe se cache un drame humain. Comment réagirions-nous si, du jour au lendemain, nous étions obligés de laisser derrière nous tout ce que nous possédons ? Ce livre raconte les tribulations d’une famille au lendemain de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Comme de nombreux autres, ces gens furent contraints de quitter leur foyer, persuadés qu’ils seraient de retour au bout de quelques jours. Mais il était déjà trop tard. Un ennemi invisible s’était approprié durablement toutes leurs possessions, leurs maisons, leurs terres. Un quart de siècle s’est écoulé depuis le 26 avril 1986, une goutte d’eau comparée à la durée de vie des résidus radioactifs qui se compte en dizaines de milliers d’années. Ceci est un hommage à toutes les victimes de l’énergie nucléaire hors de contrôle. Pour que nous n’oublions pas ce qui s’est passé.

Tchernobyl : la zone

Mon avis sur cette lecture

J’ai découvert cette bande dessinée via l’application Nextory. Il s’agit d’une plateforme permettant de lire la presse, des romans, des bandes dessinées et d’écouter des livres audio à volonté (sauf pour les livres audio où vous aurez le droit à 1 crédit par mois) grâce à un abonnement mensuel.

Tchernobyl : la zone est une bande dessinée publiée en 2011 aux éditions des ronds dans l’o.

Extrait de Tchernobyl : la zone

Comme vous pouvez le voir, les graphismes de cette bd sont en noir et blanc. J‘ai apprécié les illustrations et je trouve que le choix de ne pas mettre de couleurs est pertinent pour un sujet comme celui de Tchernobyl.

Tchernobyl : la zone est une belle réalisation. Elle montre en peu de mots, mais avec des images fortes des moments clés de la catastrophe et des jours suivants, toute l’horreur qu’à eu cette journée pour des familles ordinaires.

Prypiat était une ville moderne et modèle pour l’union soviétique. Elle représentait la vitrine de la puissance nucléaire de l’URSS. C’est en partie pour cette raison que le régime a tardé à réagir et à demander aux habitants d’évacuer la zone.

A travers le point de vue de différents membres d’une même famille, chaque aspects de la catastrophe sont représentés : l’incrédulité des civils, les mensonges et non-dits des autorités, l’inconnu que représentait les radiations sur le corps humain, le sort réservé aux animaux de compagnie et au bétail… C’est une réussite car d’après moi rien n’a été écarté, et cette bande dessinée permet de se rendre compte des différents impacts de la catastrophe à courts et longs termes.

Sans sombrer dans le pathos, Tchernobyl : la zone est une bande dessinée poignante qui rend un bel hommage aux victimes civiles, animales, aux pompiers et secouristes, aux travailleurs de la centrale et bien entendu aux liquidateurs (personnes qui ont déblayé la centrale après la catastrophe).

Je vous la conseille vivement si vous souhaitez avoir un regard sur la catastrophe du point de vue des anciens habitants de la « zone ».

★★★

Laisser un commentaire

Caroligraphie

🖋️📚🏺 Salut, je m'appelle Caroline, j'ai 33 ans et je vis près d'Arras.
Diplômée en Histoire, c'est un sujet que j'aime retrouver également en littérature à travers les romans historiques, les thrillers, ou encore la fantasy YA. Je suis également passionnée par le patrimoine, les mystères, l'ésotérisme et je pratique la généalogie 😊
Pour finir, je suis une lectrice qui préfère le café plutôt que le thé, mais vous trouverez toujours un chat près de moi ! 🐱

Vous pourriez également aimer...

%d blogueurs aiment cette page :