La semaine dernière, mon premier colis France Loisirs (depuis mon renouvellement) est arrivé apportant avec lui 4 nouveaux livres à intégrer dans ma PAL (Pile à lire).

Après la lecture d’un polar suédois : L’Hypnotiseur de Lars Kepler, j’ai entrepris la lecture du roman dont j’aimerai vous parler à présent :

Les Beaux Lendemains de Saint-Chanas

Ce roman publié aux éditions Nouvelles Plumes et distribué par France Loisirs est le premier roman de Véronique Lesimple. Il a reçu le « Prix des lecteurs France Loisirs » et c’est ce qui m’a donné envie de le découvrir, d’autant plus que son histoire m’intéressait totalement.

Résumé :

« 1919. De retour chez eux, les soldats doivent s’obliger à reprendre une vie normale. Grâce à l’amitié qui le lie depuis l’enfance au Comte Lucien de Lavera, le lieutenant Armand Rouvière se voit proposer le poste de régisseur au château de Saint-Chanas. A peine arrivé, le jeune homme découvre un domaine à l’abandon et une famille si marquée par le drame que la vie même semble avoir déserté les couloirs du château. Sarah, la tante excentrique, Hubert, l’héritier qui a perdu la vue dans les tranchées, Louise, la belle et inconsolable veuve de guerre, et son petit garçon délaissé, Charles, vivent reclus dans leur chambre, n’échangeant que quelques mots à l’heure des repas. Armand par sa bienveillance et sa volonté, réussira-t-il à leur redonner le goût de vivre ? L’amour soufflera-t-il à nouveaux sur ces cœurs endormis ? » 

Mon Avis :

J’ai trouvé que ce roman était très agréable et facile à lire. Il y a quelques petites fautes de relecture (quelques répétitions dans une même phrase), mais ça ne gâche en rien le plaisir de poursuivre l’histoire. L’intrigue du roman est plutôt simple (une histoire d’amour se cache derrière le récit, et on s’en doute assez rapidement), mais ce qui rend l’histoire intéressante c’est de voir de quelle manière le retour à la réalité après la Première Guerre Mondiale est traité.

C’est cet aspect du livre que j’ai préféré, et le thème de la Guerre 14-18 était tout à fait de saison au moment de ma lecture (le lendemain du 11 Novembre). Je ne sais pas si vous avez le même ressenti que moi, mais dans mon imaginaire, j’associe souvent la Première Guerre Mondiale à l’hiver, au froid et, c’est un conflit que j’imagine souvent en noir & blanc. Dans le cas contraire, je vois la Seconde Guerre Mondiale se dérouler en été, je sais que c’est plutôt réducteur et je suis totalement au courant des batailles du front de l’est dans le froid et la neige, sans parler des « Marches de la mort » à la libération du camp d’Auschwitz, mais là je m’égare un peu.

Pour en revenir au roman, je trouve qu’il illustre totalement les souffrances des soldats de retour chez eux après la guerre : souffrances physiques et mutilations, mais surtout souffrances morales. Nous voyons également tout au long du livre le décalage entre les mentalités des gens du front et ceux de l’arrière. Pour les gens qui n’étaient pas dans les tranchées, le retour à la vie après 4 années de conflit a été un peu plus facile que pour les soldats, leurs traumatismes étaient tels qu’ils n’avaient pas toujours l’impression d’être réellement revenus de l’enfer : cauchemars, peurs des bruits comme ceux de l’orage qui rappelle celui des bombardements…

Nous voyons également à travers le livre combien la société a été bouleversée après la guerre (mais également suite à l’épidémie de grippe espagnole qui a elle aussi causé de nombreux décès). Le sort des veuves et des orphelins, celui des jeunes femmes célibataires qui ne trouvaient plus de conjoints potentiels, mais aussi l’évolution progressive des mentalités concernant les femmes. L’après-guerre est une période que l’on qualifie d’ « années folles« , c’est à ce moment que les jupes et les cheveux des femmes se sont raccourcis, c’est également à ce moment là que certaines d’entre-elles ont essayé de gagner en indépendance en apprenant à conduire les automobiles.

Par moments, le livre m’a rappelé la série « Downton Abbey » car tout comme dans la série, nous voyons comment la guerre a apporté des changements dans l’aristocratie (oubli de certaines règles de convenances héritées de l’Ancien Régime, volonté de moderniser le château, réduction des domestiques…).

La lecture du livre est également rendue intéressante par la manière dont est racontée l’histoire, elle se déroule en grande partie en 1919, mois après mois. Cette manière de présenter le roman nous permet de nous rendre encore plus compte de l’évolution des personnages au fil du temps.

Pour finir, c’est un livre que j’ai vraiment apprécié, je ne dirais pas qu’il s’agit véritablement d’un coup de cœur mais j’ai passé un très bon moment de lecture. Le livre m’a donné envie de me plonger dans l’Histoire de la Guerre 14-18 mais aussi et surtout de l’après-guerre. Je trouve qu’il s’agit d’un premier roman tout à fait réussi pour Véronique Lesimple et je comprends mieux pourquoi il a reçu le « Prix des lecteurs France Loisirs 2017« .

★★★★★

Et vous, avez-vous lu ce livre? Qu’en avez-vous pensé?  

Laisser un commentaire

Caroligraphie

🖋️📚🏺 Salut, je m'appelle Caroline, j'ai 33 ans et je vis près d'Arras.
Diplômée en Histoire, c'est un sujet que j'aime retrouver également en littérature à travers les romans historiques, les thrillers, ou encore la fantasy YA. Je suis également passionnée par le patrimoine, les mystères, l'ésotérisme et je pratique la généalogie 😊
Pour finir, je suis une lectrice qui préfère le café plutôt que le thé, mais vous trouverez toujours un chat près de moi ! 🐱

Vous pourriez également aimer...

%d blogueurs aiment cette page :