J’apprécie beaucoup les bandes dessinées et les romans graphiques. Je suis en revanche assez difficile concernant les illustrations mais je peux facilement passer outre mes premières impressions si l’histoire me plaît. J’aime beaucoup les bandes dessinées historique, d’ailleurs vous pouvez également retrouver ma chronique du voyage de Marcel Grob.

Résumé de la bande dessinée

À la fin des années 1930, dans un village provençal, Yaël et sa petite soeur Émilie, croquent la vie à pleines dents. Malheureusement, leur vie va basculer lorsque leur mère meurt et que leur père se remarie quelques mois plus tard avec Ophélie. Pour les deux petites filles, jamais cette bêtasse ne pourrait remplacer leur maman adorée ! Pourtant, à mesure que Yaël grandit, la dure réalité de la guerre et des lois raciales antisémites vont la rattraper. La jeune fille prend douloureusement conscience de son identité et de sa religion.

Derrière le rideau de Sara Del Giudice

Mon avis sur cette bande dessinée

Je remercie Netgalley et Dargaud pour la découverte de cette bande dessinée. J’ai aimé cette lecture, même si je n’ai pas particulièrement apprécié les illustrations.

Derrière le rideau raconte la vie d’une petite fille ordinaire avant la seconde guerre mondiale. Yaël a une petite soeur, Emilie. Elle vit avec ses parents et sa gouvernante dans un appartement d’une ville française qui n’est pas mentionnée. Le début du récit nous présente la famille de Yaël. Sa mère est juive alors que son père ne l’est pas. Ce mariage mixte a causé des tensions au sein de la famille de son père, mais du côté de sa mère la situation semble acceptée. Yaël découvre tout de même qu’il y a une différence entre ses parents quand un jour elle entend ses grands-parents maternels appeler son père « le goy ».

Ce passage de la bd illustre les aprioris et préjugés qui peuvent exister au sein de familles mixtes de culture ou de religion. Il n’y a pas véritablement de haine mais une volonté de dire que l’autre n’est pas comme nous.

Au fil que la bd se poursuit, les années avancent également et avec elles l’approche du déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale. L’insouciance de l’enfance est habilement montrée alors que les adultes commencent à s’inquiéter.

De nombreux sujets qui concernent l’enfance et l’adolescence sont abordés dans ce livre. Il n’est pas uniquement question de la guerre et du traitement réservés aux juifs, mais il y est aussi question du deuil, de la différence, des premières règles, et des questions plus philosophiques que peuvent se poser des jeunes filles à cet âge là.

L’autrice a volontairement choisi de créer une histoire inventée à l’aide d’éléments réels. Yaël n’existe pas, et pourtant elle a sans doute existé. Elle est toutes les adolescentes d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi une petite fille juive réelle et imaginaire à la fois. Ce parti pris de l’autrice permet au plus grand nombre de s’identifier aux personnages de cette bd.

Pour conclure, il s’agit d’une bd sur l’enfance et l’adolescence à l’aube de la seconde guerre mondiale. C’est une histoire sur la tolérance, mais aussi la bêtise des adultes qui n’ont pas hésité à s’en prendre à des enfants dont le seul crime était de naître juifs. Je regrette simplement que l’autrice nous laisse imaginer la fin de cette bd.

★★★★

1 commentaire

  1. Je ne connaissais pas, mais j’apprécie également les BD historiques et les thématiques m’intéressent…

Laisser un commentaire

Caroligraphie

🖋️📚🏺 Salut, je m'appelle Caroline, j'ai 33 ans et je vis près d'Arras.
Diplômée en Histoire, c'est un sujet que j'aime retrouver également en littérature à travers les romans historiques, les thrillers, ou encore la fantasy YA. Je suis également passionnée par le patrimoine, les mystères, l'ésotérisme et je pratique la généalogie 😊
Pour finir, je suis une lectrice qui préfère le café plutôt que le thé, mais vous trouverez toujours un chat près de moi ! 🐱

Vous pourriez également aimer...

%d blogueurs aiment cette page :